Black Panther

Black Panther 2018

Après les événements qui se sont déroulés dans Captain America : Civil War, T’Challa revient chez lui prendre sa place sur le trône du Wakanda, une nation africaine technologiquement très avancée. Mais lorsqu’un vieil ennemi resurgit, le courage de T’Challa est mis à rude épreuve, aussi bien en tant que souverain qu’en tant que Black Panther. Il se retrouve entraîné dans un conflit qui menace non seulement le destin du Wakanda, mais celui du monde entier…

COMMENTAIRES

On est loin d'un mauvais film cheap à l'image de certains films mcu mais ça casse pas la baraque : La faute à la formule qui marche "ne pas allez trop loin dans l'intrigue, partir dans l'essentiel".
Le wakanda est magnifique, l'idée des tribus/traditions africaine, oui j'adore et c'est rafraîchissant dans le cinéma d'aujourd'hui mais il me reste rien après la fin du film.
L'histoire est trop simpliste, au final, c'est juste le contexte qui change c'est tout. On a du mal à innover avec les origins stories.
Avengers infinity war a le mérite d'allez dans une autre direction bien plus épique.

Bof, je passerai sur le 2.

le blu-ray 4K est vraiment excellent, l'image est top et surtout quelques CGI ont été corrigées entre temps (par con évite pas certains fonds un peu voyants versla fin) mais y a du mieux

même si c'est assez pauvre en bonus, j'invite vraiment à voir le film avec le commentaire audio de Ryan Coogler et Hannah Beachler (responsable des costumes et des designs du film, et qui avait collaboré sur Malcolm X notamment)

une vraie mine d'or qui nous révèle la richesse du film, tant au niveau des sous-textes du film que de l'utilisation des couleurs et leur signification à chaque plan

la première qualité du film est qu'on y reconnaît la patte du réalisateur, même s'il est tenu de respecter un cahier des charges qui, malheureusement, handicape en partie la réussite de l'entreprise. Le premier défaut du specacle n'est pas des moindres puisqu'il s'agit de Black Panther lui-même : dépourvu du moindre charisme (à tel point qu'on oublie complètement sa présence dès qu'il disparaît de l'intrigue l'espace de quelques minutes et qu'on s'en passe fort bien), Chadwick Boseman se fait voler la vedette par l'ensemble de ses partenaires, à commencer par le trio féminin qui l'escorte (Lupita Nyong'o, Danai Gurira et Letitia Wright rivalisent de prestance) et son cousin Killmonger (Michael B. Jordan), le prétendant au trône de Wakanda.
L'autre gros problème de Black Panther réside justement dans Wakanda, ce royaume africain high-tech que le reste de la planète croit être un pays du tiers-monde, illusion soigneusement entretenue par ses souverains successifs : entre sa jungle luxuriante, ses tours high-tech et ses engins volants, cet univers a priori fascinant n'est guère survolé que par quelques plans larges qui ne suffisent pas à le rendre crédible. Enfin, l'un des seuls personnages blancs du film (l'agent de la CIA joué par Martin Freeman) n'a d'autre utilité que de placer un combat aérien aussi bref que mal torché qui ne semble destiné (Disney oblige) qu'à flatter les fans de Star Wars, tandis que le duel final entre les deux antagonistes se déroule dans un tunnel sombre alors qu'il aurait dû en toute logique avoir lieu sur le champ de bataille où leurs armées s'affrontent au même moment. La dernière partie du film résume d'ailleurs fort bien son côté hybride : d'un côté, une volonté évidente de déployer un récit sauvage et tribal et de l'autre (c'est ce qi ma vraiment plu ici), l'écrasante obligation de livrer un produit industriel et familial blindé de CGI (parfos médiocres) à la mécanique très prévisible. Et pourtant, le charme opère.
Et pourtant, le charme opère. Entre une scène d'action virtuose à la Mission : Impossible dans un casino coréen et un duel à l'arme blanche dans la jungle dont la chorégraphie brutale évoque celui qui opposait Achille à Hector dans Troie, Ryan Coogler fait de Black Panther un symbole plus qu'un super-héros et met en avant les aspects politiques et la mystique ancestrale d'un récit qui carbure plus à l'émotion qu'à l'action et qui garde un ton étonnamment sérieux pour une production Marvel, le tout porté par une bande-son fracassante supervisée par Kendrick Lamar où les tambours et les chants africains se mélangent aux rythmes urbains et aux cuivres héroïques. Farouchement ancré dans la culture africaine, doté d'un méchant qui doit sa réussite au fait que ses motivations apparaissent aussi nobles que celles du héros, Black Panther possède ce qui manque le plus à la plupart des blockbusters Marvel en dépit de ses défauts de confection : une vraie personnalité... et un costume ultra-classe ! (ceci n'est qu'une sélection de la critique de Mad Movies)

Franchement déçu de ce film je m’attendais à un film super au vu des critiques etc et au final j’ai même pas l’impression de regarder un film de sh ! Quelques actions sympas et encore l’histoire m’a pas du tout convaincu . Dommage . Moyen 2,5/5 .

c'est beau mais c'est un rêve, pas une réalité et beaucoup de clichés.

Coogler sait filmer ses scènes d’actions qui sont efficaces , sinon je m’attendais à un poil mieux , dommage , on passe tout de même un bon moment

Je ne sais pas si c'est le battage médiatique qui m'avait survendu ce film mais un peu déçu à la fin de l'histoire.
Peu de scène d'action super-héroïque, une histoire sympathique mais un peu molle. Pas mauvais mais pas très bien. 3.5/5

Domestic:
$699,129,949
52.0%

+ Foreign:
$646,221,327
48.0%

= Worldwide:
$1,345,351,276

très joli score en tout cas, même si c'est la fin de course, peut-être qu'il franchira les 700 millions aux USA d'ici la fin du mois

premier super héros noir de l'écurie Marvel, ce black panther se laisse voir avec plaisir en grande partie grâce à ses décors impressionnants et particulièrement une 3D réussie comme cela n'avait pas été fait de puis longtemps, profondeur, débordements permanents. la distribution est impeccable et Michonne, l'héroïne de "the walking dead" réitère avec brio ses exploits en maniant la lance avec maestria. Le message politique concernant la spoliation des ressources africaines reste assez survolée, mais le film se veut avant tout comme de l'entertainment et parvient à tenir le spectateur dans l'univers de son héros.

Un Marvel qui se lance dans une belle chronique politique sur la dualité entre protectionnisme et "ouverture des frontières". Un conflit qui finit par perdre son souffle par la naïveté des antagonistes.

Bon film sans plus, assez différents des autres films du MCU.. Des visuels intéressants et quelques bonnes scènes. Cependant, je trouve leur technologie un peu abusé..

Mais, il y a quelque chose que je n'ai pas compris dans le film, pourquoi Killmonger à le torse comme ça (comme un "lego") ?
Merci de vos réponses!

Domestic:
$698,589,242
52.0%

+ Foreign:
$646,036,999
48.0%

= Worldwide:
$1,344,626,241

Une panthère noir aimera certainement, moi je passe mon chemin la BA me suffit largement...

Enfin vu ! et forcement avec tout le buzz autour du film , je suis un peu déçue. C’était sympa mais rien d'extra. on avait beaucoup vendu le méchant comme très bien mais là aussi c'est super classic , rien d'original. encore un méchant assoiffé de pouvoir et de destruction , j'imaginais un vraie point de vue différent sur ce qu'on devrait faire du vibranium , là le mec il veut juste casser la gueule des blancs....
et je rejoint ce que j'ai lu plus bas sur la technologie, c'est complément cheaté , que ça soit un métal indestructible ok mais ça n'explique pas toute la technologie, les armes a plasma ou meme le train etc. donc un bon marvel, très en dessous d'un spiderman 1 ou 2 ou meme d'un Ant-man.

C'est vraiment dommage de pas avoir inclus la première scène post-générique avec la fin du film, c'est tout de même une scène importante.

Le Film est vraiment parfait, j'ai aimé la bande-annonce, mais aussi le reportage : de la page à l'écran ainsi la vidéo concernant un costume à l'épreuve des balles. En voyant ces vidéos, on se rend compte qu'il s'agit d'un film d'action, avec des effets spéciaux, défendu par un excellent casting.
Les photos sont aussi belles et de qualité, nous permettant de mieux comprendre comment a été tourné ce film, les différents lieux choisis, comment Ryan Coogler a exigé de travailler avec ses proches collaborateurs, tout ce qui est fait pour respecter le peuple africain avec leurs coutumes, leurs costumes, où on situe le Wakanda, enfin tout est fait pour réaliser, créer l'histoire de Black Panther, T'Challa le roi du Wakanda, un formidable personnage de Marvel.
Chadwick Boseman est excellent dans le rôle de T'Challa, Black Panther.

un bon divertissement ...........

assez classique , rien d'innovent , un bon marvel, mais bon la barrière n'est pas tellement haute ... le probleme reste toujours le scénario .. connu vu , revu , .. mais bon faut pas en demander beaucoup a disney 3/5

C'est étonnant que ce film a eu un si gros succès, il n'est pas plus différents des autres films du MCU, c'est juste qu'il y a moins d'humour, plus sérieux mais je n'ai rien vu de révolutionnaire dans ce film, c'était sympa mais sans plus, il y a quand même beaucoup trop d'incohérences, (la technologie est incompréhensible et trop cheatées comparé aux comics) des facilités scénaristique même plus que d'habitude dans le MCU. Les comics son meilleurs même ceux où Tchala n'est qu'un personnage secondaire en compagnie de Ororo. La méga pub très communautarisme de Disney à très bien marché, ça m'étonnerait que le 2 marche autant.

Pas mal ce Marvel, même le moins mauvais cette année. Par contre pour le synopsis, c'est du "copier/coller" de l'épisode 2x12 de la série "This is us". Il y a même un passage complètement identique (SPOILER : "j'ai racheté cet immeuble...").

Un design novateur, de jolis décors et de beaux costumes. C'est l'essentiel des points positifs. Sinon, c'est aussi linéaire, désincarné et insignifiant qu'un scénario de jeux vidéo.

Au même titre que le dernier Thor, le scénario est tout aussi pitoyable. Encore un nanar de plus de Marvel. Sur ce point, il y a de la constance désormais.

ayé, 9e plus gros succès de tous ls temps au BO mondial :)
il vient de battre HP 7 Partie 2, avec 1.42 milliards

Loading...