First Man - le premier homme sur la Lune

First Man - le premier homme sur la Lune 2018

Pilote jugé « un peu distrait » par ses supérieurs en 1961, Neil Armstrong sera, le 21 juillet 1969, le premier homme à marcher sur la lune. Durant huit ans, il subit un entraînement de plus en plus difficile, assumant courageusement tous les risques d’un voyage vers l’inconnu total. Meurtri par des épreuves personnelles qui laissent des traces indélébiles, Armstrong tente d’être un mari aimant auprès d’une femme qui l’avait épousé en espérant une vie normale.

COMMENTAIRES

Ryan Gosling tout ce qui lui manque c’est un Oscar quand on voit sa filmographie elle est vraiment impressionnante avec notamment 5 films qui se démarque
-Drive
-Blade Runner 2049
-First Man
-Places Beyond The Pines
-LalaLand

« First Man » est le récit intime d’un homme au-delà de l’exploit historique d’une nation. Celui qui eut une foi inébranlable afin de surmonter les pires obstacles et ainsi poser le pied sur la surface de la Lune.

Damien Chazelle est un génie. Comment ce mec, âgé d’à peine 33 ans, peut-il nous retranscrire ce moment de vie avec autant de justesse et d’émotions?

Sans artifice, il réussit avec brio à nous faire redécouvrir la plus belle et la plus marquante étape de la conquête spatiale à travers les yeux d’un héros.

Par-dessus les échecs, par-dessus la tragédie, Neil Armstrong a su garder la foi et son sang-froid afin d’achever une quête, mais surtout rendre le plus beau des hommages.

Mon avis complet ici : https://lavisduneophyte.wor...

Damien Chazelle peut-il encore une fois tutoyer les étoiles avec First Man ?

Réponse sur Just A Word :
https://justaword.fr/first-...

Encore et toujours obsédé par les personnages dont les rêves et ambitions les poussent toujours plus loin (et notamment des autres), Chazelle s'empare de l'événement du 20eme siècle pour en faire plus encore qu'un biopic à la gloire des USA et de la NASA (et on pourra reprocher au film de ne faire que survoler l'aspect social pour le débat critique sur le coût de la conquête spatiale et les avancées technologiques versus les problèmes sociaux et la lutte des avancées sociales) une plongée dans un esprit à la fois brillant et audacieux, qualités inévitables du héros, pour ce qui est de son travail mais bien moins ouvert dans le relationnel, qualités intéressantes de l'humain faillible et imparfait.
Gosling, qu'on jugera peut-être pas assez expressif, construit son jeu, charismatique, sur cette idée d'un homme coupé des autres, replié sur son rêve et sa douleur, ce qui n'en rendra ce voyage vers la Lune que plus symbolique d'un véritable voyage intérieur, dont l'épilogue résumera parfaitement de quoi le coeur du film est réellement le sujet. Claire Foy campe la femme fidèle, magnifique dans les moments où la peur la dévore et lui impose de rompre ce pesant silence familial.
Avec un feeling très spielbergien par moments, une tonalité aux couleurs et à la texture visuelle qui nous plonge avec délice dans une ambiance rétro filmée avec sobriété et pudeur, il osculte le mal être de gens qui vont vivre l'extraordinaire, en peine comme en exploit.
Et lors de ses moments "aériens", la mise en scène, loin de singer l'exploit spectaculaire de Cuaron, opte pour une immersion très intense, au montage souvent tendu, où la perspective est souvent celle de l'humain confiné, secoué, pour mieux accentuer le rendu anxiogène de la situation.
Servi par une BO parmi les plus belles de l'année (le thème pour la lune est formidable), le film offre en outre la plus belle illustration de la mission Apollo 11 dans un dernier acte d'une puissance formelle incroyable. SFX parfaits, effets sonores irréprochables et travaillés, visuel d'une ampleur et qualité tranchant avec le reste du film, le voyage vers la Lune est un moment de rêve.
Alors oui, on connaît déjà la fin (ce qui n'empêchait déjà pas Apollo 13 d'être un bon divertissement en son temps) mais l'on n'en prend pas moins plaisir à voir cette façon si douce et prenante de la raconter. Après tout, on peut connaître un morceau de classique et aller voir différents concerts et préférer celui qui sera le mieux orchestré... Or, question mise en scène, Chazelle confirme, dans un genre très différent de ses précédents, tout le bien qu'on pouvait déjà penser de lui.

16 millions de dollars de recettes au box office us pour son week end d'ouverture , ce n'est pas un joli score !!!

Pour ma part, je suis un poil déçu. C'est quand même un bon film mais je m'attendais à autre chose. Je savais que le film était un biopic centré sur Niel Armstrong mais j'aurai aimé que le film aborde un peu plus les aspects techniques. On parle beaucoup de sa vie de famille et de l'impact du programme sur sa vie privée mais assez peu de son implication dans le programme lui-même. Parfois, on a limite l'impression qu'Amstrong n'est que le cobaye d'une expérience et le simple passager d'une fusée qu'il aurait découvert 10min avant d'embarquer. Du coup, en sortant de la salle j'étais sur une impression de film au scénario très elliptique et surtout très romancé aussi bien dans les faits que dans l'interprétation des personnages. Les scènes spatiales sont quand même bien fichues et il y a des moments de tension assez incroyables mais ça n'a pas été la claque tant attendue. 2 jours après avoir vu le film, forcé de constater qu'il ne m'a pas marqué plus que ça. Dommage... 3/5

Un film exceptionnel qui raconte avant tout l’histoire d’un homme avec une pudeur et une finesse extraordinaire. Les scènes de décollage, de pilotage et d’alunissage sont déjà culte. La musique de Justin Hurwitz est fantastique rappelant parfois la simplicité diabolique de Moriconne. Un film très intelligent où les sentiments et les émotions sont toujours sous entendu et montrées à l’image de son personnage. Un film qui peut vous poursuivre comme l’avait fait interstellar ou vous laissez bouche bée comme l’avait fait Gravity. First Man en est le digne héritier. Ce film sur une histoire réelle dans l’espace fonctionne mieux et procure plus d’emotion Que la plupart des films de science fiction.
Pour moi un chef d’œuvre et le meilleur film de l’année pour le moment.

j'attend enormement de ce film damien chazelle est un très grand réalisateur j'espère que ce film pourra se ranger avec Gravity, Interstellar et les plus grands films du genre

Loading...