L'Île aux chiens

L'Île aux chiens 2018

En raison d’une épidémie de grippe canine, le maire de Megasaki ordonne la mise en quarantaine de tous les chiens de la ville, envoyés sur une île qui devient alors l’Ile aux Chiens. Le jeune Atari, 12 ans, vole un avion et se rend sur l’île pour rechercher son fidèle compagnon, Spots. Aidé par une bande de cinq chiens intrépides et attachants, il découvre une conspiration qui menace la ville.

COMMENTAIRES

Un savoir-faire impressionnant dans tous les domaines. Sublime !

Remarquable sur la forme comme sur le fond, ce dessin animé en forme de parabole qui pourrait s'appliquer sur tant d'autes sujets nous renvoie avec humour et causticité à la peur de l'autre, à l'exclusion. Ce sont ici des chiens, meilleurs amis de l'Homme à qui l'on donne la parole. Graphisme épuré imprégné des codes asiatiques où d'ailleurs l'action se passe, stylisme dans le coup de crayon, humour et profondeur, cette "ile aux chiens" est un petit bijou à ne pas rater.

Mon cinéma a arrêté de le diffuser je suis dégoûté...

Wes Anderson nous fait cette fois-ci cadeau d’un nouveau film d’animation juste du début à la fin. Les dialogues et les différentes personnalités montrées, les couleurs et plans calculés à chaque détails nous font l’effet d’un voyage plus qu’agréable où l’on a seulement à se laisser porter par un film qui peut être regardé par les plus petits mais qui garde beaucoup de secrets compréhensibles par les plus grands.

Mon film préféré de l’année pour l’instant, un de mes gros coups de coeur comme avec Ready Player One, Black Panther et La Forme de l’Eau. Par contre j’ai vu le film en VO car rien qu’aux bandes-annonces je n’arrive pas à apprécier la VF, alors oui c’est un gros casting d’acteurs français, mais certaines voix collent pas du tout aux chiens tandis que la VO est juste parfaite.

Je n'adhère pas du tout, mais alors pas du tout, à la forme. Dommage.

Wes Anderson nous gratifie une nouvelle fois d'un véritable bijou, politique, vertigineux dans ses détails, brillant dans sa mise en scène, hommage au l'art japonais, folie créative et plus que par le passé, vraiment drôle et cynique. Bon nombre de plans, minimalistes, sont de toutes beautés. La musique du film, par Desplat (c'est un habitué du réalisateur) est formidable. Les personnages sont attachants (les chiens sont bien des chiens mais sont tout à la fois très humains, dans le bon sens) et on suit leurs pérégrinations avec grand plaisir, souvent avec le sourire. L'île aux chiens est un film tellement dense, aussi bien qualitativement que quantitativement, qu'il est vain de lui rendre hommage à sa juste valeur, c'est un délire créatif, à tous les niveaux. Ce n'est pas un chef d'œuvre mais c'est une authentique œuvre d'art.

ma review sur le film

https://youtu.be/CKUx-Q0QqpM

Après l'aboutissement esthétique "The Grand Budapest Hotel", Wes Anderson épure ses mouvements de caméra et poursuit dans une voie de plus en plus politique.
Malgré un dernier quart trop rapide dans son exécution, un très beau film à la mise en scène exceptionnellement dense.

Beau film d'animation image par image, un peu décevant cela dit par rapport aux autres films d'Anderson. Si les personnages canins sont fort réussis (ils sont notre porte d'entrée dans le récit, ce sont eux qui portent les sentiments les plus humains), les personnages japonais, un peu raides, ne sont pas loin d'une imagerie d'Epinal. J'ai toutefois bien aimé le traitement de la relation entre Atari et Chief, bien écrite et émouvante. Avis aux amateurs de Kurosawa : Anderson utilise deux fois le génial thème musical des Sept Samouraïs dans le film. Voir ma critique complète sur mon blog : https://newstrum.wordpress....

une ode à la fraternité.

On parlera encore de ce film dans 50 ans. Un classique. Brillant, fabuleux.

Ce film est un petit bijou

C'est beau. C'est intelligent. C'est brillant.
http://www.christoblog.net/...

Sublime satire politique et sociale, L’Île des chiens prouve une nouvelle fois le génie d’un Wes Anderson qui n’en finit pas d’explorer de nouveaux horizons. A la fois tendre et drôle, effrayant et plein d’espoir, le long-métrage condamne une société moderne égoïste, manipulable et froide en lui redonnant quelque chose d’essentiel : du cœur, tout simplement.

https://justaword.fr/l%C3%A...

Un des meilleurs films de Wes Anderson, et doté d'une patte visuelle et d'un boulot absolument phénoménal derrière !

Le cast vocal est parfait, la BO de Desplat est vraiment très bonne, et plonger dans cette ambiance est absolument grisant

ptit reproche vient de la traduction japonaise et d'un récit qui s'essouffle un peu passé la 1e moitié, mais la fin rattrape le tout

Bref un très bon film, une ode à la faternité !

A voir absolument !!!

Puis-je y emmener ma nièce de 7ans ?

Vu tout à l'heure. Comment dire. C'est peut-être le meilleur film de Wes Anderson depuis The Royal Tenenbaums, du moins à mes yeux. C'est-à-dire quoi ? C'est-à-dire chef-d'oeuvre, ou quasi. Pratiquement rien n'est PAS extraordinaire, dans L'Île aux chiens. Pratiquement rien, et j'insiste sur le "rien". Bien sûr, il faut être sensible à l'humour mi-absurde, mi-pince-sans-rire, et souvent visuel du cinéaste (et cette description est d'un simplisme criminel), mais si cette condition est remplie, il n'y a rien à jeter, et tout à adorer, dans ce spectacle andersonien à la lettre : prenez les ingrédients habituels de son cinéma, la douce amertume d'une balade rock des 70's, la géométrie des cadres, la méticulosité par moment ahurissante (ici, jusqu'aux détails de la reconstitution d'éléments classiques du quotidien japonais), les performances d'acteur au diapason de l'humour susmentionné (mention à Cranston), montez tout d'un bon cran, et dégustez. J'ai bien choisi le terme, parce qu'esthétiquement, on a parfois un peu envie de manger le film. Et au passage, Desplat signe une de ses rares bandes originales vraiment inspirées, contribuant brillamment à donner au film l'efficacité dramatique d'un film d'aventures dans ce que le genre a de plus séduisant.

On échappe de peu au chef d’œuvre à cause d'une structure scénaristique trop classique. Le reste est une avalanche de créativité, d'humour et de beauté artistique.

Le film n'est projeté que dans une petite salle d'un cinéma d'art et d'essai chez moi alors qu'à Paris ils ont 25 copies sur les 170 qui circulent en France.
Je plains les personnes comme Jaiden en bas qui ne peuvent pas le voir mais auront Taxi 5 et Gaston La Gaffe.

Une fable socio-politique hilarante et touchante, menée d'une main de maître par le style inventif et fantasque de Wes Anderson. Ma critique : https://www.cineseries-mag....

Un petit bijou de l'animation la sorti de la semaine à ne pas manquer.

Loading...