The House That Jack Built

The House That Jack Built 2018

États-Unis, années 70.
Nous suivons le très brillant Jack à travers cinq incidents et découvrons les meurtres qui vont marquer son parcours de tueur en série. L'histoire est vécue du point de vue de Jack. Il considère chaque meurtre comme une œuvre d'art en soi. Alors que l'ultime et inévitable intervention de la police ne cesse de se rapprocher (ce qui exaspère Jack et lui met la pression) il décide - contrairement à toute logique - de prendre de plus en plus de risques. Tout au long du film, nous découvrons les descriptions de Jack sur sa situation personnelle, ses problèmes et ses pensées à travers sa conversation avec un inconnu, Verge. Un mélange grotesque de sophismes, d’apitoiement presque enfantin sur soi et d'explications détaillées sur les manœuvres dangereuses et difficiles de Jack.

COMMENTAIRES

Lisez tous l’interview de Von Trier sur AlloCiné, il va encore se lâcher. Mdr
Qui pense que The house that jack built, va recevoir le tag « Violence extrême » sur AlloCiné

Maintenant qu'on a les moyens de rendre des scènes violentes et gores réalistes les réals s'en donnent à cœur joie. Je ne suis pas du genre a dire qu'il faut bannir la violence au cinéma mais j'ai l'impression d'une chose, c'est qu'aujourd'hui dès qu'un film est totalement irrévérencieux, peu importe si il est bon ou pas, on crie au chef d’œuvre. Tout ça pour se démarquer du cinéma mainstream qui nous est proposé tous les jours. Après ce n'est peut être qu'une impression et évidemment je n'ai pas vu le film. Mais je me demande pour le futur jusqu'où certains réalisateurs pourront aller...

Quand est-ce qu’il sort en France ce film quelqu’un sait ?

Alors qu'un bon Inglorius Basterds ou un soldat allemand se fait péter la tete a coup de batte ca c'est bien !
Alors qu'un négrier se fasse massacrer AVec tous ses hommes dans Django c'est bien !
Alors qu'un vieux sudiste qui ne peut quasiment plus marcher bloqué dans sa chaise se fait exécuter comme un chien dans Les 8 salopards ca c'est bien parce que les sudistes ils le méritent ...

Liars ne fait pas l'apologie de la mort contrairement à certains réalisateur qui mettent en scene " la vengeance juive " sous prétexte qu'il y a des morts qui se méritent ...

Ce jugement à deux vitesses ( ou manque de jugement ) me fera toujours délirer. ( bis )

Gaumont Opéra le diffuse vendredi à 22h !

un réalisateur que je déteste et qui déteste les femmes, on va me dire qu'il faut chercher plus loin que ce que l'on voit dans ses films, mais bon des massacres de femmes et d'enfants juste pour montrer que lui en est capable... y a l'air d'y avoir du massacre d'animaux aussi. Comme lorsqu'il a fait exécuter un âne pour manderlay ! La palme d'or pour the tree of life m'a tellement ravi surtout devant son Melancholia

mouais on dirait un épisode de section de recherche

Qui se souvient des scènes de violence, notamment castration ou mutilation dans Antichrist

Loading...